AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Etre vieux ne veut pas dire ne pas survivre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Baltazhar Grunen
Rollist avéré
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 20/06/2015
Age : 71
Localisation : Quelque part

MessageSujet: Etre vieux ne veut pas dire ne pas survivre...   Sam 20 Juin - 14:25

Nom : Grunen

Prénom : Baltazhar

Âge : 69 ans

Sexe : Masculin

Métier : Garagiste à la Retraite

Physique (5 lignes minimum) :  Un vieil homme d'1m87, habillé d'une veste en cuir datant de son mariage avec sa femme il y a de celà 40 ans. Il a les cheveux blancs, une barbe qui ne la gène absolument pas et un pantalon des plus classiques. Ses yeux sont noisettes et il est plutôt fin. Question force, étant donné qu'il fut garagiste à l'époque, il n'est pas sans défenses et peut se rendre utile. Talentueux avec les voitures et les motos, son aide pourrait bien être utile si son âge n'est pas ce qui un jour le tuera (dans les deux sens, autant la vieillesse que la survie).Sa vieillesse n'est pas gênante dans son déplacement et dans ses actes, il n'est pas non plus atteint d'une maladie quelconque, son métier l'a gardé bien entier.

Mental (5 lignes minimum) : Passioné de motos, Balty a l'esprit rock 'n roll a ses temps perdus et continue, même après la retraite, son petit boulot de garagiste en rendant service aux personnes du quartier. Il adore sa fille et sa famille, tout ce qui lui reste, étant donnée que sa femme est morte, dû à l'alcool que depuis Baltazhar ne sait plus toucher. Il aime diriger les choses car il a l'esprit très leader et assume totalement ses actes. Il est très compréhensif et refusera d'abandonner quelqu'un dans le besoin même si il est le seul de cet avis dans le groupe. Il est capable de ne pas être d'accord avec quelqu'un et lui tenir tête et si il le faut, continuer sa route seul. Il est assez intelligent et très réaliste et donne souvent son avis sur les choses à faire.

Histoire lors du début de l'infection (15 lignes minimum) :
Baltazhar Grunen, Doyen du quartier d'une petite ville comme une autre, vit seul, sa femme étant morte dans un accident de voiture dû à un conducteur aclcoolisé l'ayant percuté de plein fouet. Il sait que ce type est encore vivant et que sa peine fut passé et est maintenant en liberté, et il ne sait pas si il doit un jour lui mettre la main dessus ou non.

Mais il a toujours sa fille unique aujourd'hui mariée : Caroline, ainsi que son mari et le beau fils du vieil homme : Randall.

ils ont eu ensemble deux enfants : Matthéo et Lilith. Ils ont actuellement 6 (Lilith) et 8 ans (Matthéo).

Tous les mois ceux-ci viennent rendre visite au doyen afin qu'il ne soit pas totalement seul dans le calme de sa maisonnette. Malgré qu'il sort souvent pour aider les gens du coin avec leurs véhicules.

Tout allait pour le mieux, jusqu'à ce jour...

Quand tout bascula.

Il ne comprenait bien évidemment pas sur l'instant, avant de sortir sur sa petite terrasse et découvrir le quartier vide. A cette heure là la rue est animée de passants ou d'enfants jouant dans le coin...

Peut-être était-ce un simple jour plus calme que d'habitude?

Il s'installait sur son rocking chair et alluma sa radio et ne comprit pas ce message qu'il venait d'entendre. Ce message d'alerte...

Il entendit alors en la coupant un bruit étrange, comme une voix étranglé ou rauque.

Il se leva, tournant dans le coin de sa maison pour observer ce qu'il n'attendait pas :...Un homme dont la peau était horriblement dégeulasse.

Il était malade? La chose avançait en boîtant et semblait confuse. Baltazhar le fixait longuement avant de s'avancer un peu plus mais il cogna dans son sceau sur le bord et le bruit fut entendu par l'homme malade.

Celui-ci s'avançait alors lentement vers Baltazhar qui ne comprenait absolument pas ce qu'il lui arrivait et recula doucement avant qu'un tir explosa le crâne bruyemment de la créature.

Dans un sursaut, une main sur le torse pour son pauvre coeur paniqué, il tourna les yeux vers une voix l'appelant. C'était son voisin Mickael, il semblait, malgré qu'il tenait une arme, très nerveux.

"Oh mon Dieu, pardonnez moi mon acte..."

Le vieil homme s'approcha rapidement de son ami tombant à genoux de nervosité, lui demandant des explications.

"J'en sais rien...j'en sais rien... Certains sont devenus fous, ça a commencé à l'Hôpital de la ville..."

Pour être précis, l'hôpital est juste à côté du quartier.

Quand plus loin d'autres qui ressemblaient salement au premier infecté, s'avançèrent, venant de la route justement pour l'hôpital. Qu'arrivait-il?

Baltazhar crut reconnaître parmi les humains horribles la femme de Mickael. Elle était à l'hôpital depuis dejà une semaine à cause d'une blessure grave à sa jambe encore visible ici.

Ca s'approchait avec des bruits sinistres, le vieil homme avait des sueurs froides de cette vision et, son coeur s'accèlerant, chercha à relever son ami, pas de temps à perdre, ils sauront bien en temps et en heure ce qu'il se passe.

Mais son ami n'y arrivait pas, pleurant à chaude larmes.

"J'ai tués mes amis... J'ai tués mes amis..."

Mickael est un grand nerveux, et Baltazhar n'arrivait pas à le tirer avec lui. Il prit son fusil à pompe et voulut tirer sur les choses qui arrivaient lentement, mais il n'y avait plus de balles.

Il ne savait pas quoi faire, d'un autre coin du quartier en arrivait d'autres, ils se rameutaient certainement de la détonation.

Il laissa l'arme à son ami, ne sachant pas l'emmener.

Il ne fallait pas rester là.

Un cri se fit entendre, c'était un bruit de femme. Quand Baltazhar courut rapidement jusqu'au bruit à deux pas de là, il trouva deux hommes sur une femme du voisinnage se faisant dévorer par les choses.

Du cannibalsime? Bon sang, c'était trop flou pour le vieil homme réaliste.

Il aurait voulu l'aider mais c'était trop tard, elle rendit son dernier souffle sous les yeux du vieil homme qui, quand il revint sur ses pas, trouva malheureusement la même scène avec son ami qui n'avait pas bougé d'un pouce, se faisant dévorer vivant par d'autres et sa femme.

Il hurlait, c'était atroce à écouter.

Le vieil homme ne pouvait rien y faire, sinon ce serait son tour. Il n'aurait jamais le temps de rentrer chez lui pour trouver une arme quelconque, et dû fuir ainsi son quartier dans une course folle, ces choses allaient lentement, mais elles prenaient par surprise.

Il courait à pleine allure, ces choses arrivaient de partout. Où devait-il aller? Comment allait sa famille? Il devait les trouver avant tout.

Ainsi débuta la survie de Baltazhar Grunen.

Membre de la série que vous souhaitez rejoindre : Surement Shane °0°

Autres comptes : Aucun

Code du règlement : Licorne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shane Walsh
Fondateur / MdJ
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 16/06/2015
Age : 21
Localisation : A l'extérieur... Comme depuis le début de cette foutue épidémie !

MessageSujet: Re: Etre vieux ne veut pas dire ne pas survivre...   Sam 20 Juin - 14:36

Coucou °^°
Je te valide avec joie, bienvenue sur le fofo 8D



Pendant ta fuite tu as trouvé un Magnum 357 smith and wesson qui devait certainement appartenir à un officier de police avec le chargeur ouvert et une dizaine de balles au sol (le chargeur peut contenir 6 balles)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thewalkingdeadrpg.forumactif.fr
 
Etre vieux ne veut pas dire ne pas survivre...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Compatibilité des prénoms, ça veut rien dire, mais c'est tellement drôle
» CE QUE LE SENATEUR DU NORD VEUT VRAIMENT DIRE
» POur les fans des Elfes
» « Timide ne veut pas dire simple d'esprit. »
» La beauté ne veut pas dire naïveté [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Règlement & Présentation :: Fiches de personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: